LAPLACE : Inauguration officielle de la Plateforme Hydrogène

Jeudi 10 octobre 2019, le laboratoire LAPLACE a inauguré sa Plateforme Hydrogène sur le campus de Toulouse INP. Sa vocation est de réaliser des travaux de recherche sur les utilisations et la production de l’hydrogène et d’accompagner les industriels dans ce domaine. La plateforme a fait l’objet d’investissements à hauteur de 9 millions € et elle est installée sur une superficie totale de 650m².

 

 

 Pour Christophe TURPIN, directeur de recherche CNRS au Laboratoire plasma et conversion d’énergie (LAPLACE - Toulouse INP/CNRS/UT3 Paul Sabatier) : « La Plateforme Hydrogène fonctionne depuis 2010. Elle a progressivement développé ses activités de recherche et ses partenariats avec les entreprises. Nous avons déjà mis en place 30 bancs d’essais, dont 19 pour les piles à combustible, et d’autres bancs d’essais sont en cours de fabrication. Nos activités sont menées en collaboration avec de grands industriels dont Safran et Airbus, ou encore avec l’IRT Saint-Exupéry. L’inauguration d’aujourd’hui est à la fois un aboutissement et un nouveau départ : nous souhaitons mettre en place de nouveaux partenariats avec d’autres acteurs de l’industrie et de la recherche.»

 

L’hydrogène-énergie au service de la transition énergétique


L’hydrogène-énergie est un vecteur énergétique propre qui permet de produire de l’électricité et/ou de la chaleur en ne rejetant que de l’eau. Avec de l’hydrogène en grande quantité, on disposerait d’une source d’énergie avec un très fort potentiel (production d’électricité et de chaleur, chaudières, voitures, trains, etc.).


L’hydrogène n’existant que très rarement à l’état naturel, il faut en produire. Une partie des recherches effectuées sur la plateforme vise à produire de l’hydrogène en quantité, sans utiliser, comme c’est le cas aujourd’hui, des combustibles fossiles. Une des solutions les plus prometteuses est d’utiliser un électrolyseur d’eau qui produit de l’hydrogène avec uniquement de l’eau et de l’électricité issue d’énergies renouvelables.

 

Sur la Plateforme Hydrogène, une large place est faite au développement des technologies utilisant l’hydrogène-énergie : les piles à combustible et, plus récemment, les technologies pour maîtriser la combustion de l’hydrogène. Les chercheurs étudient le vieillissement des piles, et ils développent des piles multifonctionnelles, capables de fournir de l'électricité, de la chaleur, de l'eau et des gaz inertes. Les chercheurs travaillent aussi sur l'allègement des composants, l'approvisionnement et le stockage de l'hydrogène.

Des travaux de recherche essentiels pour faciliter et optimiser le développement de l’hydrogèneénergie dans l’industrie, et notamment l’aéronautique. Avec leurs partenaires industriels, les chercheurs de la Plateforme Hydrogène étudient en effet la faisabilité de l’introduction des piles à combustible dans les applications aéronautiques.

 

Acteur majeur de la recherche sur l’hydrogène


La Plateforme Hydrogène installée sur le campus de Toulouse INP existe depuis 2010. Lancée par le LAPLACE cette plateforme héberge aujourd’hui 3 autres laboratoires aux compétences complémentaires : le CIRIMAT (matériaux), le LGC (génie chimique) et l’IMFT (mécanique des fluides), sous tutelle du CNRS, de Toulouse INP et de l’université Toulouse III - Paul Sabatier.
Le projet PACAERO, qui couvre la période 2015-2020 a apporté 6 millions € à la Plateforme Hydrogène via le CPER (État, Région Occitanie et Toulouse Métropole), l’AAP Plateformes mutualisées (Région Occitanie et FEDER) et des partenaires industriels (Safran, SCLE SFE). Ce financement a permis d’augmenter de 400 m² la surface de la plateforme et d’acquérir de nouveaux équipements.

La Plateforme Hydrogène de Toulouse fait désormais partie des plus importantes plateformes françaises où l’on mène des recherches sur les technologies hydrogène.

 Télécharger le communiqué de presse

Contactez Toulouse INP

6 allée Emile Monso - BP 34038
31029 Toulouse Cedex 4

+33 (0)5 34 32 30 00

Contacts

  • Logo MENESR
  • Logo UTFTMP
  • Logo INP